Vous êtes ici : Accueil – Connaître le Ministère > Salle de presse > Communiqués > La ministre Kathleen Weil prête à poursuivre le travail pour doter le Québec d’une nouvelle politique et d’une stratégie d’action
 
 
 
MinistreMinistèrePlanificationProgrammesFormulairesRecherche et statistiquesPublicationsSalle de presse

Communiqués

Nouvelle politique québécoise en matière d’immigration, de diversité et d’inclusion

La ministre Kathleen Weil prête à poursuivre le travail pour doter le Québec d’une nouvelle politique et d’une stratégie d’action

Montréal, le 11 février 2015 – La Commission des relations avec les citoyens sur une nouvelle politique en matière d’immigration, de diversité et d’inclusion a terminé hier ses auditions publiques après avoir reçu 60 mémoires et tenu des rencontres avec 49 personnes et organisations.

« Le projet de politique que nous avons soumis à la consultation a été bien reçu parce qu’il est le fruit d’une réflexion nourrie par les nombreuses discussions que nous avons menées pendant sa rédaction. Nous retournons à notre table de travail avec une base solide et de bonnes suggestions pour l’enrichir. Comme l’a déjà souligné le premier ministre, le défi du siècle sera de conjuguer l’identité de la société québécoise et sa diversité grandissante. Cela explique le besoin actuel d’une politique qui nous ressemble et qui nous rassemble. Ensemble, nous formons le Québec et nous partageons la même responsabilité : poursuivre la construction d’une société francophone, inclusive et fière de sa diversité », a déclaré la ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Mme Kathleen Weil.

Points saillants

Mme Weil a relevé quelques points saillants des échanges qui se sont déroulés en commission. Ainsi, le modèle que le Québec a su bâtir graduellement, l’interculturalisme, mérite qu’on l’explique et le précise dans une politique et qu’on lui confère un caractère plus officiel.

La nécessité d’améliorer l’adéquation entre la sélection des personnes immigrantes et les besoins du marché du travail est un point qui a fait consensus, de même que l’urgence de lever les obstacles à l’insertion en emploi et à la reconnaissance des compétences des personnes immigrantes. Le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion et ses partenaires ont consacré de nombreux efforts dans ce domaine, mais beaucoup reste encore à faire. L’ouverture à la diversité et la mobilisation des employeurs sont nécessaires; ces derniers sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à reconnaître que l’immigration et la diversité sont une source de dynamisme et d’innovation. Des efforts conjugués des employeurs et des acteurs sociaux doivent être déployés en ce sens dans toutes les régions du Québec.

Nos valeurs humanistes doivent se refléter dans l’engagement à lutter contre la discrimination et le racisme à l’endroit de certains de nos concitoyens et certaines de nos concitoyennes qui se manifestent, entre autres, par un accès plus difficile à l’emploi et une sous-représentation dans l’espace public. C’est particulièrement inquiétant parce que ces difficultés touchent aussi des jeunes, nés au Québec, issus de minorités racisées.

La société québécoise doit être plus représentative des personnes qui la composent, notamment dans ce qui est projeté sur la place publique et dans les lieux de pouvoir. C’est un point qui a été soulevé à plusieurs reprises en commission et qui doit être pris en compte, notamment dans la fonction publique municipale et provinciale, chez les élus, dans les entreprises ainsi que dans les médias.

La complémentarité de l’ouverture à la diversité et de l’affirmation de l’identité québécoise mérite aussi d’être précisée dans la politique. Ces deux aspirations sont bien présentes dans la société québécoise et se nourrissent l’une l’autre lorsque leur interrelation s’appuie sur un dialogue ouvert et constant.

Un des objectifs de la politique en matière d’immigration, de diversité et d’inclusion est d’assurer la pérennité des fondements de la nation québécoise, de son identité distincte en Amérique du Nord et du français, langue commune, langue d’intégration et de cohésion sociale. Ces fondements s’expriment, notamment, par notre attachement aux droits et libertés de la personne et aux grandes valeurs démocratiques d’égalité, dont l’égalité entre les femmes et les hommes, des principes structurants de notre vie collective.

« Nous avons entendu plusieurs observations et elles seront prises en compte. Tous les échanges ont démontré la pertinence de doter le Québec, dès que possible, d’une nouvelle politique en matière d’immigration, de diversité et d’inclusion. Notre objectif est de la présenter au cours du printemps, accompagnée de sa stratégie d’action, afin de nous assurer que ce projet collectif se réalise dans toutes les sphères et mobilise tous les acteurs de la société québécoise », a souligné la ministre.

Mme Kathleen Weil a tenu à remercier les personnes et les représentants et représentantes des organisations qui ont pris part aux travaux de la commission. Elle a également remercié les membres de la commission tout en soulignant la qualité des échanges et le travail constructif accompli.

Prochaines étapes

Mme Weil a également identifié les principales actions qui seront entreprises en 2015 par le Ministère.

Outre l’adoption, au cours du printemps, de la politique en matière d’immigration, de diversité et d’inclusion et de sa stratégie d’action, la ministre proposera une modalité qui permettra à la fois de définir et de formaliser l’interculturalisme en tant que modèle québécois d’aménagement de la diversité ethnoculturelle.

Par ailleurs, la nouvelle politique en matière d’immigration, de diversité et d’inclusion servira d’appui aux orientations de la prochaine planification pluriannuelle de l’immigration qui fera l’objet d’une consultation publique tôt à l’automne. Cette planification permettra d’établir les objectifs annuels d’immigration qui seront déposés à l’Assemblée nationale au plus tard le 1er novembre.

Enfin, au début de 2016 on verra l’aboutissement du travail effectué afin de moderniser la Loi sur l’immigration du Québec. Adoptée en 1968, cette loi a connu plusieurs modifications, mais n’a jamais été revue en profondeur. Sa modernisation permettra au Ministère de poursuivre et parachever les travaux visant à doter le Québec d’un système d’immigration moderne et concurrentiel et de mettre en œuvre des actions auxquelles ont adhéré plusieurs participants lors des auditions sur la nouvelle politique. Parmi les effets qui en découleront, notons l’implantation de la déclaration d’intérêt, qui permettra de sélectionner en continu les candidatures recherchées en fonction du marché du travail, et l’amélioration des processus d’immigration, qui permettra aux personnes sélectionnées d’arriver plus rapidement au Québec.

- 30 -

  Haut de page
 
Des services de qualité, nous y tenons!
Vous avez des commentaires, des suggestions ou une plainte à formuler,
n'hésitez pas à communiquer avec le Commissaire aux plaintes et à la qualité des services.
Politique de confidentialité | Médias sociaux | Déclaration de services à la clientèle | Accès à l'information | Accessibilité
Dernière révision : 2015-02-11
Portail du gouvernement du Québec